Orléans, nouvelle capitale de l’architecture ?

Par David Jouet

Date de publication : 21/12/2019

L’architecture, une discipline politique et engagée ? C’est en tout cas le parti pris d’Abdelkader Damani et de Luca Galofaro, commissaires généraux de la deuxième biennale d’architecture d’Orléans intitulée « Nos années de solitude ». À l’initiative du Frac Centre-Val de Loire, détenteur de la troisième collection d’architecture au monde, cette biennale pourrait bien faire de la cité orléanaise un vivier pour la réflexion architecturale. Nécessaire pour le travail de l’imaginaire, la solitude apparaît aujourd’hui en danger, constate Abdelkader Damani, également directeur du Frac.

6 commissaires, 65 artistes et architectes ont été invités à relater des récits de solitude à travers le monde. Ils les font vivre aux visiteurs dans les 14 lieux mobilisés pour l’occasion, où les œuvres dialoguent avec les monuments. La collégiale Saint-Pierre-le-Puellier, accueille pour sa part l’exposition « Des rêves vus de près » proposée par Arquitetura Nova, un groupe d’architectes qui s’est illustré dans la résistance face à la dictature brésilienne.

Le cœur de la biennale se trouve à Turbulences, siège du Frac d’Orléans. Une confrontation y est notamment organisée entre la collection du MAXXI – le Musée national des Arts du XXIe siècle de Rome – illustrant l’utopie architecturale d’une Italie d’après-guerre et le projet Waiting Land de Stefano De Martino et Karen Lohrmann, qui tente d’évaluer l’écart entre l’ambition suscitée par une construction et sa réalisation concrète en s’intéressant à des bâtiments inachevés en Italie.

L’expérience se poursuit jusqu’à Vierzon et Azay-le-Rideau, la biennale ayant investi plusieurs lieux de la région. Colonial Erection, œuvre de l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou, trône ainsi sur l’esplanade de la Française de Vierzon, où elle pose la question de l’impact du modèle occidental sur la culture africaine.

« Nos années de solitude », Biennale d’architecture d’Orléans, jusqu’au 19 janvier 2020. Accès gratuit à toute la programmation.

Partager sur :