Vercors Vie Sauvage, réserve naturelle exemplaire

Par Aliénor Harzo

Date de modification : 16/01/2020

« En France, moins de 1 % du territoire national bénéficie d’une protection « en faveur » de la nature et, même dans ces espaces protégés (Parcs nationaux, Réserves naturelles, Réserves de biosphère…), la chasse et l’exploitation forestière sont le plus souvent autorisées. »

Suite à ce constat, l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), créée en 1983, s’est engagée en faveur de la nature et de la protection de la biodiversité, prônant la gestion non-intrusive et choisissant de ne recevoir aucune aide de l’État. Elle est devenue propriétaire depuis 2010, par achats ou par donations, de 650 hectares de territoires naturels afin de reconstituer des îlots de nature préservée et les protéger dans la durée. Ils sont tous labellisés « Réserves de Vie Sauvage », un label déposé en 2014 par l’association, garantissant l’application de modalités de gestion conformes aux concepts de libre évolution.

En France, moins de 1 % du territoire national bénéficie d’une protection « en faveur » de la nature.

ASPAS

Bonne nouvelle : aux trois réserves déjà acquises dans les Côtes-d’Armor et la Drôme, s’ajoutent désormais 500 hectares dans le parc du Vercors. L’ASPAS a en effet concrétisé son projet Vercors Vie Sauvage en acquérant le 25 novembre 2019 ce site exceptionnel. Isolé au fond d’un vallon dans le massif du Vercors, il est composé d’une forêt ancienne très diversifiée et abrite une faune sauvage variée (cerfs, loups, aigles, foule d’insectes…). Mais le projet ne s’arrête pas là. Il faut désormais assurer l’avenir et l’autonomie du domaine, en développant des économies locales. Une maison traditionnelle drômoise devrait accueillir des visiteurs, tandis qu’une ancienne grange deviendra un espace d’exposition et de communication sur la nature sauvage et le principe de libre évolution. « Ce domaine rendu à la nature […], nous l’espérons, marquera les esprits et inspirera d’autres projets du même type ailleurs dans notre pays ». Nous l’espérons tout autant !

Partager sur :