Alerte sur le Petit-Montrouge

Par Sophie Flouquet Journaliste

Date de publication : 07/04/2020

Quartier méconnu du 14e arrondissement de Paris, à l’écart des flux touristiques, exception faite des catacombes, le Petit-Montrouge est aujourd’hui un melting-pot de bâtis où se côtoient architectures des XIXe, XXe et XXIe siècles, pour le meilleur et parfois pour le pire. Malgré plusieurs opérations urbaines drastiques qui l’ont amputé, demeurent quelques vestiges du « Nouveau Village d’Orléans », une appellation due à sa proximité avec l’ancienne route d’Orléans, actuelle avenue du Général-Leclerc.

Cet ensemble de rues et placettes, bordé de petites maisons destinées à l’origine aux classes moyennes et aux artistes, a été dessiné sur l’ancien clos des catacombes par l’architecte Théodore Charpentier (1797-1867), à qui l’on doit la très chic villa Montmorency dans le 16e. Il s’agit du plus ancien des lotissements de l’arrondissement, datant d’avant son rattachement à Paris en 1860, quand le quartier appartenait à la commune de Montrouge. Il comprend les rues Bezout, du Couédic, Hallé (où s’élève le bâtiment de l’ancienne mairie du Petit-Montrouge)…

Or, un projet immobilier aussi luxueux que ravageur vient d’être autorisé par la Mairie. Jusque-là préservée, avec son hôtel particulier XIXe, son portail, son mur d’enceinte et surtout son grand jardin planté, l’ancienne « Maison du carrier », en réalité demeure du directeur des carrières de Paris, sera dénaturée d’ici peu. Et qu’importe si l’espace vert est protégé : seront intégrés à cette parcelle deux nouveaux immeubles reliés par une passerelle. L’un, de deux travées, accolé à la « Maison du carrier » – sans en respecter la volumétrie –, l’autre juxtaposé au pignon d’un immeuble moderne fermant le jardin.

Alors que la Ville de Paris annonce vouloir verdir la capitale jusqu’à la place de la Concorde, les grands arbres seront ici abattus avec l’aval de la municipalité. Un projet qui résonne étrangement avec la décision d’arracher les quelque 2 000 arbustes de l’avenue René-Coty, en cours de réaménagement…

Partager sur :