Festival In Situ : patrimoine & création contemporaine

Par Agathe Archambault

Date de publication : 06/07/2020

Créé en 2012 par l’association le Passe Muraille, le festival In Situ propose chaque année à des artistes contemporains de « s’emparer » d’un site patrimonial d’exception, le temps d’une œuvre. Cinq lieux, cinq regards, pour un road-trip très contemporain au cœur de l’Occitanie.

Le patrimoine préhistorique d’Ariège va ainsi se recouvrir d’un voile contemporain grâce à l’artiste Éric Michel. Spécialiste des installations lumineuses, celui-ci s’est déjà essayé au dialogue entre architecture et lumière sur de nombreux sites, comme les Grands Moulins de Pantin en 2011 ou le château de Foix en 2018. Un vrai défi artistique pour ce « plasticien de la lumière » qui s’est même mesuré aux formes brutes de Le Corbusier lors d’une exposition au Couvent de La Tourette en 2013. Cet été, c’est à un tout autre genre d’architecture qu’il va se confronter. Naturel celui-ci : les grottes du Mas d’Azil et de Bédeilhac en Ariège, le temps d’un audacieux projet baptisé « Les Cavernes de Lumière ». Avec des installations spécialement conçues pour habiller leurs voûtes de pierre et proposer au visiteur une immersion lumineuse et sonore inédite. De quoi redécouvrir ces temples d’obscurité sous un jour plus « pop » !

Pour continuer l’aventure, direction un lieu tout aussi majestueux : le domaine départemental des Boissets, à Sainte-Énimie en Lozère. Ce hameau composé de six bâtiments d’architecture typiquement caussenarde vient d’être transformé par l’association Artelozera en un centre dédié à l’art contemporain, et joliment baptisé « La Maison dans le ciel ». Les voûtes en pierre des fermes, granges et bergeries accueillent désormais des espaces d’exposition et des résidences d’artistes. C’est d’ailleurs le fruit du travail réalisé le temps de sa résidence qu’exposera l’artiste Caroline Duchatelet dans le cadre du festival In Situ. Elle y présentera une vidéo dédiée au paysage et en particulier à la lumière changeante de ce lieu hors du temps qui, du haut de ses 975 mètres d’altitude, surplombe les gorges du Tarn entre landes et forêts de pins. Une rencontre qui s’annonce prometteuse… 

Enfin, outre la lumière, la matière sera également célébrée par le festival. Celle que l’on sculpte, bien sûr. Rendez-vous à l’abbaye cistercienne de Fontfroide, véritable écrin patrimonial et naturel où, dans le cadre de l’exposition « Hommage à Ousmane Sow (1935-2016) » seront présentées trois œuvres, dont deux jamais montrées au public du sculpteur sénégalais qui avait crée l’événement dans les années 90, en installant ses sculptures sur le pont des Arts à Paris. Ultime étape d’In Situ, dans une autre abbaye du département de l’Aude, bénédictine cette fois : l’abbaye de Lagrasse. L’artiste belge Nadia Naveau y a installé, sous les arcades et dans les jardins, ses sculptures colorées qui mêlent références antiques et contemporaines. De quoi pimenter vos visites patrimoine de l’été.

Partager sur :