Cet été, racontez-nous la France #7 : le château de Thoiry

Date de publication : 04/08/2020

Pour ce septième épisode de notre série estivale « Cet été, racontez-nous la France ! », Hélène nous entraîne à une cinquantaine de kilomètres de la capitale découvrir le château de Thoiry. Un édifice remarquable à bien des égards qui ravira les amateurs de meubles anciens, de jardins, mais aussi d’animaux sauvages !

Direction les Yvelines, à la découverte du Château de Thoiry et de ses beaux jardins. L’édifice du XVIe siècle voit le jour grâce à Raoul Moreau, trésorier du roi de France Henri II. Cet érudit souhaite en effet se faire construire une belle demeure près de Paris. Il en confie la réalisation à un grand architecte de la Renaissance, Philibert De L’Orme, créateur notamment du Château d’Anet pour Diane de Poitiers… La famille n’en restera cependant pas longtemps propriétaire à cause d’une triste et étrange affaire : le petit-fils de Raoul tuera « par erreur » des amis proches de la famille. Il sera condamné, et le château finalement cédé à la famille de Marescot, qui restera propriétaire des lieux pendant plus de treize générations. Ce site est aujourd’hui la propriété de Paul de la Panouse, qui en ouvre avec plaisir les portes dans le cadre de visites libres et guidées.

Un château qui a le mérite d’avoir traversé l’histoire sans perdre trop de plumes ! À la Révolution, les paysans le protègeront des pillards suite à l’arrestation de la famille, tandis que durant la Seconde Guerre mondiale, il échappe de justesse aux bombardements… Seuls quelques meubles mineurs sont alors volés par les Allemands. Ces coups de chance ont permis au château de conserver son unité architecturale, mais surtout ses meubles d’origine, ce qui est suffisamment rare pour être souligné. 

Cette authenticité fait de Thoiry un lieu plein de charme. On retrouve en ses murs un mobilier d’exception qui permet de se projeter dans la vie de l’époque. La Salle de Réception nous présente sa superbe cheminée près de laquelle avaient lieu les repas « à la française ». Le Salon de Musique, destiné à accueillir les dames, présente une décoration très féminine et l’art y est bien sûr à l’honneur. Ne manquez pas d’admirer le clavecin d’origine qui y trône, il est magnifiquement peint et ses mécanismes sont d’époque ! 

La Chambre d’Angélique, qui doit son nom aux maintes Angéliques de la famille qui y couchèrent, nous dévoile un lit à baldaquin aussi imposant qu’élégant. La pièce centrale du château, le vestibule, raconte à elle seule toute l’architecture de Thoiry. Une architecture qui ne doit d’ailleurs rien au hasard puisqu’elle est conçue selon le fameux nombre d’or : les proportions du château sont pensées en harmonie et en symétrie avec l’environnement pour un effet de perspective parfait. Ainsi le château est-il orienté de telle sorte que le soleil puisse, au solstice d’été, se lever dans le miroir d’eau du jardin, et au solstice d’hiver se coucher pour illuminer le vestibule !

Les jardins sont aussi surprenants que le lieu qu’ils entourent. La partie à la française est  l’œuvre au XVIIIe siècle des élèves d’André Le Nôtre. Tandis que la partie à l’anglaise, XIXe, est due à Louis-Sulpice Varé, le paysagiste qui, sous l’ordre de Napoléon III, créa le bois de Boulogne tel qu’on le connait aujourd’hui ! Ces jardins forment un véritable prolongement du château et leurs 450 hectares sont labellisés « jardin remarquable ». Une partie accueille même depuis 1968 des animaux sauvages, selon la volonté de Paul de la Panouse qui souhaite que les revenus du parc animalier assurent la conservation du château. Ce parc qui existe toujours aujourd’hui et porte le nom de Zoo de Thoiry. Les animaux y sont en liberté, et se baladent au gré de leurs envies. 

Le Château de Thoiry a beau être petit par la taille, il n’a rien à envier aux plus grands ! J’ai découvert ce lieu lors d’un Instameet organisé par la Région des Yvelines, qui souhaite mettre en avant ce lieu peu connu. Et le charme a tout de suite opéré ! Architecture, meubles, tableaux et jardins : une combinaison magique et authentique pour un formidable voyage dans le passé … Voilà pourquoi il était important pour moi d’écrire sur ce lieu, à découvrir de toute urgence !

Hélène Baré
Pour lire d’autres articles d’Hélène, visitez son blog !

Partager sur :