Six monuments privés à découvrir pour les Journées du patrimoine

Par Agathe Archambault

Date de publication : 18/09/2020

Ils ouvrent leurs portes exceptionnellement pour les Journées européennes du patrimoine… Une occasion à ne pas manquer !

Le manoir de Pimelles dans l’Yonne

Situé en plein cœur du Tonnerrois entre les châteaux de Tanlay, Maulnes et Ancy-le-Franc, le manoir de Pimelles, aussi appelé «  château des moines de Molesmes » est une demeure seigneuriale du début de la Renaissance bâtie à l’initiative de la famille de Courcelles. Sauvé in extremis de la ruine dans les années 1970 puis de nouveau en 2015, il n’en est pas moins parvenu jusqu’à nous amputé de la moitié de sa surface et de ses dépendances, dont subsistent encore quelques vestiges. La bâtisse vieille de près de 500 ans ne manque pas d’authenticité avec sa tourelle d’escalier pentagonale en pierre de taille, sa fenêtre à meneau, ses petites fortifications (bretèche, meurtrières), sa cave voûtée et ses armoiries. Le manoir de Pimelles a reçu le prix VMF – Patrice Besse en 2017.

Infos : ouvert à la visite samedi 19 septembre de 10h à 12h30 et de 14h à 19h00 / dimanche 20 septembre de 10h à 12h30 et 14h à 19h00.

Le château de Pomay dans l’Allier 

Le château de Pomay est pimpant : c’est l’une des plus belles perles du Bourbonnais moulinois. Il surprend et charme tous ses visiteurs par son harmonie des formes, des proportions et des couleurs. Il est typique du XVIIe siècle et de la Sologne bourbonnaise tout de briques polychromes à motifs et de petites tuiles plates.  C’est l’une des premières maisons de plaisance, totalement ouverte car le siècle est sûr. Au XVIIe siècle, Madeleine Fouquet, seconde épouse du célèbre sieur Nicolas, s’y réfugie en exil avec ses enfants. Les armes Fouquet et Castille ornent encore la porte ciselée de la chapelle où se mariera leur fille.  Depuis, au XVIIIe et au XXe siècle, deux chantiers d’ampleur finissent de donner au site ses lettres de noblesse et son pouvoir actuel d’éblouissement.  

Infos : visites guidées de l’extérieur et des jardins du château par les propriétaires (rendez-vous à la grande grille – départs à 14h, 15h30 et 17h).

Le château de Pinterville dans l’Eure 

Situé dans la vallée de l’Eure, le château de Pinterville est une importante demeure classique en « brique et pierre » classée Monument historique et labellisée VMF – Patrimoine historique, dans un parc arboré de 12 hectares. Le bâtiment principal a été construit vers 1680 par Pierre Le Pesant de Boisguilbert, connu pour être le fondateur de la science économique libérale et sociale. Issu d’une famille de parlementaires rouennais, il arrive à Pinterville en 1677 par son mariage avec Suzanne Le Page. Le jeune couple fait immédiatement construire un château lumineux, au goût de l’époque. Dans le cadre de l’édition 2020 des Journées européennes du patrimoine, le château de Pinterville accueille 9 artisans d’art qui exposent leurs créations réalisées durant la formation design organisée par la chambre des métiers de l’Eure et la communauté de communes Seine-Eure. De plus, les visiteurs pourront découvrir sur la grande pelouse une anamorphose sous la forme d’une plate-bande circulaire plantée de fleurs de lin, conçue par l’artiste François Abélanet et réalisée grâce à la participation des enfants d’un centre de loisirs du territoire. Cette création « land art éphémère » a été commandée par le département de l’Eure pour mettre en valeur sur 12 sites patrimoniaux le lin qui est l’une des productions « phare » du département. 

Infos : Le château sera ouvert tout le week-end des JEP de 10h00 à 18h00.

Le mausolée de Bourgogne dans la Marne 

Situé dans un petit village de Champagne, à 10 km au nord de Reims, le mausolée de Bourgogne est une riche sépulture de style néo-byzantin bâtie au tout début du XXe siècle, commanditée par une riche veuve native du village. Au décès de son époux en 1896, elle demande à ses connaissances parisiennes du monde artistique d’immortaliser cet amour par la construction d’une immense chapelle, bien vite appelée mausolée en raison de sa taille, ou encore «  Taj Mahal à l’envers ». Pour son malheur, elle va décéder en 1906 lors d’un pèlerinage vers la Terre Sainte où elle pensait trouver un marbre magnifique pour le réalisation de l’autel. Immergé en mer de Sicile, son corps ne repose pas auprès de celui de son mari.  Faute d’héritiers décidés à entretenir le monument, le mausolée s’est lentement dégradé, avant qu’une courageuse association de bénévoles ne s’attaque à la restauration des somptueux marbres et mosaïques qui ornent son intérieur. Restauration pour laquelle il a reçu le prix VMF – Fonds de dotation Belle Main en 2018.

Infos : Le mausolée sera ouvert aux Journées du patrimoine des 19 et 20 septembre 2020, de 10h à 12h et de 14h à 18h, sur rendez-vous à prendre au 06 83 24 50 73. Visites guidées toutes les demi-heures par groupe de 5 personnes portant le masque.

Le château de Falandre dans l’Orne 

Ce château médiéval a été reconstruit au XVIe siècle par un maître maçon tourangeau. Sa façade principale est flanquée de deux tourelles en avancée. Les aménagements extérieurs datent du XIXe siècle avec notamment l’escalier en fer à cheval sur la façade nord. Deux longs communs bordent la pelouse centrale. Le côté droit, rallongé au XIXe, abrite une écurie comprenant deux boxes et deux stalles centrales. Côté sud se déploie un grand parc arboré dont certains arbres ont été plantés sous Napoléon III, avec une belle vue sur la campagne vallonnée.

Infos : visite des jardins le dimanche à 15h sur demande par mail (pdecrecy61@aol.com) ou SMS (06 17 26 27 66).

Le manoir d’Agnès Sorel en Seine-Maritime 

Aussi appelé manoir du Mesnil-sous-Jumièges, le manoir d’Agnès Sorel date du XIVe et est ainsi surnommé car c’est en ces lieux que s’éteignit Agnès Sorel, favorite de Charles VII, lors d’un séjour qu’elle fit avec le roi à l’abbaye de Jumièges. L’édifice est en fait une ancienne dépendance de l’abbaye et constitue un beau témoignage de l’architecture domestique du XIVe en Normandie. Le logis, qui occupe l’aile droite, est la partie la mieux conservée de l’ensemble. Sa disposition est typique des manoirs seigneuriaux de la fin du Moyen Âge. L’étage, partie résidentielle, comportait une grande salle, des appartements privés et une chapelle située à l’extrémité de l’ensemble. Les travaux de restauration ont mis au jour des restes de peintures murales, parmi les rares existantes dans un habitat civil en Normandie. Ses propriétaires le restaurent avec passion depuis 1993 et un autre projet, à plus long terme et relevant de la mission Stéphane Bern, consiste à remonter, près du manoir, la grange dîmière qui se trouvait auparavant à l’ancienne propriété des moines de Jumièges, au manoir de la Cour du Mont à Duclair.

Infos : ouvert à la visite samedi de 15h à 18h, dimanche de 14h à 18h. Visites guidées samedi à 16h et dimanche à 15h puis 16h.

Partager sur :