Collonges-la-Rouge : le café de la gare en sursis

Par Victoire Becker

Date de publication : 03/02/2021

Temps de lecture : 4 minute(s)

Depuis plus d’un an, le pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) Vallée de la Dordogne corrézienne souhaite construire un office du tourisme à Collonges-la-Rouge (19), située à 20 kilomètres de Brive-la-Gaillarde. Mais ce projet pourrait défigurer le paysage.

Le patrimoine de Collonges-la-Rouge est unique. Connue pour ses murs en grès rouge, la commune compte environ 27 monuments historiques. Afin de répondre aux demandes des nombreux touristes qui s’y rendent chaque année, la mairie a racheté le café de la gare afin d’y ouvrir un office du tourisme.

Le lieu intéresse aussi, depuis un an et demi, le PETR Vallée de la Dordogne corrézienne qui souhaite y construire un office du tourisme pour toute la vallée de la Dordogne. Les porteurs du projet prévoient la démolition, non seulement du café de la gare, mais aussi d’une grange et d’un troisième bâtiment. Ils seraient remplacés par un immeuble en parpaing jurant avec l’aspect général de Collonges.

Après de nombreuses études, les demandes de permis de construire et de permis de démolir ont été déposées simultanément. Cependant, par un arrêté du 28 décembre 2020, le ministère de la Transition écologique a refusé la démolition de la grange, typique de l’architecture collongeoise. Le préfet de la Corrèze refuse quant à lui le permis de construire.

Les porteurs du projet pourraient voir leurs demandes acceptées s’ils conservaient simplement la grange. Malheureusement, le projet supprimerait aussi le café de la gare, « un lieu symbolique de Collonges » comme nous le rappelle Michel Ceyrac, membre de l’association des Amis de Collonges. Un véritable traumatisme à venir pour les habitants et habitués de la commune.

La taille et la localisation du site semblent, quant à elles, peu pratiques. Le lieu, qui suffirait à la commune de Collonges, serait trop petit pour la totalité de la vallée de la Dordogne. Selon François Delooz, délégué VMF de la Corrèze, la communauté de communes n’aurait choisi ce lieu que parce qu’un office du tourisme devait déjà y être construit. De plus, l’office du tourisme serait situé au bord de la départementale qui relie Meyssac et Brive-la-Gaillarde, une route très passante. Pour y accéder, les touristes seraient obligés de se garer sur le parking situé de l’autre côté de cette route et de la traverser, ce qui serait extrêmement dangereux.

Afin de lutter contre le projet, l’association des Amis de Collonges a créé le Comité de défense du café de la gare, composé d’habitants et de touristes. En août dernier, ils ont plaidé leur cause auprès du maire de Collonges qui leur a proposé de conserver la façade du café et d’en reconstruire l’intérieur. Le comité propose aussi d’autres localisations potentielles : l’ancienne gare désaffectée, du bon côté de la route, pourrait être agrandie, ou bien l’un des nombreux parkings de Collonges pourrait être reconverti. Enfin, un autre village proche de Collonges pourrait accueillir l’office du tourisme.

Le PETR a beaucoup investi dans le projet, et cherchera à le poursuivre quel qu’il soit. Il faut espérer que l’administration française continuera de préserver le patrimoine collongeois, en favorisant des projets patrimoniaux raisonnables.

Partager sur :