Une « victoire » pour les défenseurs du domaine de Grignon

Par Aliénor Harzo

Date de publication : 17/11/2021

Temps de lecture : 2 minute(s)

Lundi 15 novembre, l’État a annoncé qu’il renonçait au projet de vendre le domaine de Grignon (Yvelines) au promoteur immobilier Altarea Cogedim. « Il n’est pas possible de maintenir la procédure actuellement engagée » a déclaré la préfecture des Yvelines dans un communiqué de presse. « Des discussions complémentaires sur l’avenir du site de Grignon sont menées depuis l’été avec les collectivités territoriales, les acteurs locaux et les communautés étudiante et scientifique. (…) Une nouvelle procédure de cession sera lancée au second semestre 2022. »

Il n’est pas possible de maintenir la procédure actuellement engagée.

Un dossier à l’enjeu patrimonial de taille. Le château du XVIIe siècle, inscrit au titre des Monuments historiques, avec ses 300 hectares de terres agricoles et de bois (dont 288 se trouvent, selon le PLU de la commune de Thiverval-Grignon, en Zone naturelle à protéger), est le siège de l’ancien Institut national d’agronomie. Le déménagement de l’institution, devenue AgroParisTech en 2007, sur le site de Saclay doit être en partie financé par la cession du domaine. Mais la procédure de vente officielle, lancée en mars 2020, a rencontré une forte opposition. Le projet retenu le 4 août 2021, celui d’Altarea Cogedim, prévoyait spéculation immobilière et, à terme, démantèlement du domaine. L’abandon de ce programme peu respectueux de l’identité du domaine est une victoire temporaire pour les défenseurs du site. Un premier pas vers un projet qui sauvegarderait le domaine de Grignon ? Affaire à suivre.

Partager sur :